Parce qu’il y a des sentiments trop forts que je ne peux exprimer sans faire souffrir autrui,

Et que de ce fait, mes émotions m’étouffent et me rendent la respiration plus dure chaque jour,

Parce que je ne veux pas déranger, blesser, ni gêner quiconque,

Parce qu’il faudra probablement que j’arrive à me résoudre à accepter certaines choses,

Et que je vais donc devoir me faire à cette idée qui m’effraye,

Parce que tout ca, bloque ce personnage de Maxivirus qui m’a permis d’avancer,

Parce qu’en fait, je suis en train de régresser car le virtuel prend le pas sur le réel et que ce qu’il me faut c’est du concret, du vrai, sinon je risque de me perdre totalement,

Pour tout ça et plein d’autres choses encore,

J’ai injecté l’antidote au Maxivirus afin de l’éradiquer,

Ne soyez pas tristes, ne pleurez pas,

C’est probablement parce que Maxivirus est mon clone trop exact, qu’il ne m’est plus possible de le laisser continuer à partir en vrille de la sorte et qu’en le libérant de ses souffrances, je m’évite de me libérer moi-même de façon aussi définitive.

Ce n’est pas parce que Maxivirus est sur le point de s’éteindre, que son histoire va être détruite, elle restera là comme les vieilles pierres de ces ruines d’antan, que certains aiment à revoir. Comme une sorte d’autel en sa mémoire, pour lui prouver ma reconnaissance de m’avoir quelque peu soulagé de certains maux trop lourds, même s’il en reste encore beaucoup, mais grâce à lui, j’ai pu alléger mes plus lourds fardeaux.

Vous m’avez apporté beaucoup et je vous en remercie,

Je vous dois tellement, que je ne pouvais vous laisser comme ça, comme un lâche, alors pour ceux qui en ressentiront le besoin ou l’envie, il suffit d’un peu d’imagination et de quelques clics pour me retrouver dans la vraie vie.

Peut être que je reviendrais dans ce monde virtuel attrayant et ludique, moi-même ou derrière un autre personnage,

Nul ne le sait, même pas moi,

Ce n’est peut être qu’un au revoir, ou peut être est-ce déjà un adieu, qui vivra verra …

Je vous aime.

Sincèrement votre.

D.