Je ne sais pas ce qui motive ma présence assez soutenue dans les supermarchés de la quéquette (sans doute le temps gris et ce manque de tendresse qui se fait cruellement sentir), mais toujours est-il que les lois de la probabilité sont bien là, plus tu es là, plus les opportunités se présentent.

Le simple fait de passer sur un profil auquel tu n'écris pas, car il est vide de toute information (hormis une paire de fesse qui fait triste mine parce que volée avec un téléphone portable dans une position acrobatique qui rend la photo forcément floue), peut non seulement générer une visite sur ton propre profil (qui lui fourmille d'information) mais aussi déclencher un message (tellement que ton profil il est top génial et que t'es quand même THE playboy of the world tout entier !).

Dans la série, je suis bien élevé et je le prouve, j'ai même eu un mec qui m'a mis sur sa liste noire rien qu'à la lecture de mon profil alors que je ne suis jamais passé sur le sien.

Toujours est-il que, même si nombreux sont les gays mal élevés qui ne répondent même pas lorsque tu leur écris, il y en a aussi des très polis qui te répondent et avec qui tu peux discuter.

Il y a aussi ceux qui te répondent "un plan cul ça te dit ?".

Pour être totalement honnête (avec moi même, parce qu'avec les autres même si je le suis, je m'en fout un peu dans le cas qui me préoccupe), lorsque j'écris à la suite de la lecture d'un profil, même si j'ai toujours un tout petit espoir (ben oui ! si je ne m'y accroche pas un peu quand même, je vais crever moi !) de trouver une perle rare, je n'ai pas forcément une idée coquine derrière la tête (t'es bizarement foutu mon gars !), donc il m'arrive d'être surpris lorsqu'une demande de jeu horizontal me tombe  dessus.

Je ne sais pas si quelqu'un m'a foutu (non, pas de déviation graveleuse, merci) un mauvais sort ou si c'est mon destin de rencontrer toutes ces situations qui ne sortiraient même pas de l'imagination d'un scénariste hollywoodien (si toi lecteur tu es scénariste et que tu veuilles faire un film de ma vie, contactes moi, je ne vais quand même pas laisser passer une occasion de toucher des pépettes), mais j'espère que mes mésaventures vous permettent de passer de bons moments en compagnie de mes mots.

Toujours est-il que ces derniers jours ont été l'occasion de rencontres (pour l'instant virtuelles) assez troublantes.

Il y a eu L. 39 ans, en couple (aille !) mais délaissé par son chéri car atteint d'une maladie qui lui ramolli les muscles (du coup, ils ont décidé de chacun copuler de leur côté, mais comme ils s'aiment ...).
L. me trouve hyper, super top sexy et me veux comme amant régulier (il est prévenu que si on s'engage sur cette voie, je ne lui réserve aucune exclusivité et que si - on peut toujours rêver - je croise le prince charmant, il lui faudra trouver un autre sextoys).
L. me fait un rentre dedans pas possible et fini par obtenir ce qu'il veut à savoir un rencart pour s'envoyer en l'air quand son chéri a piscine (je sais, ça fait sketch, mais il n'empêche que c'est vrai !).
Nous convenons donc de nous voir ce soir (oui, le chéri à piscine le mardi soir).
Hier, L. m'appelle pour me dire qu'il faut reporter le rendez-vous à un autre mardi, car un copain à eux vient de se séparer et squatte le canapé pour plusieurs jours.
Un nouveau RDV sera donc fixé à mon retour.

Il y a aussi C. la trentaine, un garçon plutôt timide, mais qui a tout de même eu le courage de me contacter (je dois lui faire un de ces putains d'effet !).
Lui est plutôt partant pour me voir comme son prince charmant et je dois bien avouer qu'après les quelques premiers échanges, je ne suis pas insensible et donc forcément pas contre étudier cette possibilité.
Tout avançais plutôt bien, pendant plusieurs jours, nous nous sommes dévoilés peu à peu et ce qui devait arriver arriva, il fallait passer du virtuel au réel. Passage qui nous semblait à tous les deux désormais obligatoire.
Mais dès qu'il a fallut programmer le RDV, C. est devenu muet.
N'étant pas du genre à faire un quelconque harcèlement, je lui ai précisé que j'attendais de ces nouvelles.
Hier, après plusieurs jours de silence absolu, sur MSN, il me passe un "Toc Toc", auquel je réponds un "Coucou" et depuis, le silence radio est de nouveau son leitmotiv.
Même si nos échanges ont pu me laisser entrevoir en lui un potentiel prince charmant, il est clair qu'une fois passé la timidité de la première rencontre, s'il s'avère être un silencieux patenté, ça ne pourra aller plus loin, j'ai déjà vécu les ravages des non-dits, je ne peux donc envisager de finir ma vie avec quelqu'un qui ne s'exprime pas.

Alors que je me baladais sur les profils, je reçois un message de A., un jeune homme de 20 ans, qui a aimé mon profil et a envie de discuter.
Toujours partant pour blablater (ça m'occupe et ça peut me permettre de rencontrer des gens sympas), je lui réponds et s'engage alors une conversation fort sympathique.
N'étant pas un abruti total quand même, je passe sur son profil et je découvre un joli minois, affublé d'un accoutrement "thématique" qui lui donne un air de rebelle évoluant dans des sphères très loin de mes habitudes.
Mais qu'importe, je n'ai pas d'à priori, je peux discuter avec tout le monde, il a surement des choses à me faire découvrir.
J'apprendrai lors de nos discussions qu'il a un style vestimentaire dit "gothique" en dehors de ces plages de travail.
Les échanges sont bon enfant, et c'est vrai que j'apprends pas mal de chose, tout en découvrant un jeune homme sensible et qui semble à l'opposé de cette image qu'il veut donner de lui.
En fait, il est très attendrissant.
Plus le temps passe et plus dans ses propos, je le sens glisser vers l'idée que je pourrais être son prince charmant.
Je ne pense pas que cela soit le cas, mais comme il est fort sympathique et que nous avons prévu de nous rencontrer autour d'un verre à mon retour du sud, nous verrons bien s'il se produit ce petit quelque chose que l'on n'explique pas, même si je suis quasiment sûr que nous en resterons à des échanges amicaux.

Il y a aussi un autre A. Celui là, son profil était extrêmement bien rédigé et je ne pouvais pas ne pas lui écrire un petit mot.
Il n'y avait pour photo que sa chevelure lui masquant le visage, pour ainsi dire rien qui ne me permettait de craquer.
Même si je sais qu'avec ma gueule de playboy qui trône sur mon profil, il y a un écrémage automatique, je n'imaginais pas que ce charmant jeune homme puisse me répondre.
Et pourtant, je reçois une réponse accompagnée de quelques photos de son visage.
Là c'est le choc.
Il est merveilleusement beau, il ressemble à un ange, si sa personnalité est comme celle que je perçois à travers ces mots, il est clair que je ne vais pas résister très longtemps à son charme, s'il a le malheur de me dire que je suis un playboy hyper sexy et top canon.
Affaire à suivre, car il se connecte à chaque fois peu de temps, les échanges sont donc assez espacés.

Il y a quelques jours, j'avais eu des échanges avec B. trentenaire en couple (re aille !) qui a été très clair sur ses intentions, à savoir, un plan cul.
Comme toujours, je lui précise que je ne baise pas un bout de viande et que je craque au regard et au sourire et que par conséquent, je ne suis pas contre l'idée, mais qu'une photo serait la bienvenue.
Je n'avais plus de nouvelle, jusqu'à ce que ce matin je reçoive un mail avec une série de photos de son postérieur, son torse, son joujou en extension, ... mais pas son visage.
Nous avons eu un échange de mail, mais comme il a un chéri, il ne veut pas donner de photo de son visage.
A la final, il est prévu, un RDV au sauna à mon retour, comme ça si ça ne colle pas, nous aurons tous les deux la possibilités de ne pas nous être déplacés pour rien, d'autant qu'il ne peut pas recevoir et moi non plus.

Bref, tout  ça pour dire que je ne sais plus trop quoi penser de tout ça, ni même de moi même.