Je ne me doutais pas, lorsque j'ai organisé ce rendez-vous, de ce que j'allais découvrir !

Après les échanges de mails d'usage, il nous a fallut passer par la phase téléphone afin de finaliser les coordonnées de nos GPS pour que l'on puisse se retrouver.

Déjà, rien que là, j'aurais du me méfier !

Mais, bon naïf comme je suis, je me suis laissé envouter par cette voix fabuleuse qui pourrait faire de la radio (c'est un peu le même genre de tonalité que la voix de Jean-Pierre Marielle, si vous voyez ce que je veux dire).

Bref, lui aussi, il me balance qu'il est timide (j'ai déjà eu droit à la timidité d'Eau Sauvage la semaine dernière et mon rencard de demain soir est aussi un timide il parait, ça doit être tendance, va falloir que je m'y mette!) ! Ah ! Ah ! Je me marre !
(Faudrait que je compulse un dictionnaire, parce que "timide" je dois pas bien me souvenir de la définition exacte apparemment).

Bref, là n'est pas le propos.

Mais me direz-vous, c'est quoi ce titre à la noix !

Ben figurez-vous que la renommée du virus est telle, que lorsque l'on a rendez-vous avec lui, on est près à inventer toutes les excuses possibles et inimaginables !

Lui, par exemple, il a dit :

  • à son patron qui allait lui coller une réunion d'urgence tard ce soir "Ben, non je ne suis pas libre ! J'AI UN PLAN CUL" (pour ceux qui n'auraient pas compris le plan cul c'est moi !)
  • à sa mère qui s'inquiétait de savoir s'il n'allait pas s'ennuyer ce soir "J'ai rendez-vous avec un inconnu" (pour ceux qui n'auraient pas compris l'inconnu c'est moi !)
Non, mais je rêve !

Non, je rêve pas, j'ai juste fait un retour nostalgique dans mon enfance, dans ce petit resto où je me suis rempli la panse à m'en faire péter la sous-ventrière.

Imaginez une assiette de charcuterie pour commencer !
Mais pas de la charcuterie de tapette, de la vraie, de la bonne, de la 100 % pure qualité artisanale que rien qu'après t'as déjà plus faim.

Et puis des rognons de veau sauce moutarde, servis chaud et dans un GRAND PLAT que y'a à manger pour quinze, avec des vraies frites maison.

Au secours ! J'ai le ventre qui va exploser !

Parce que ce petit resto, tout comme lui d'ailleurs (c'est fou ce qu'on a comme points communs, notamment en matière de garçon, putain j'ai un concurrent de taille là !), j'y allais avec mes parents quand j'étais môme.

Mais je m'égare, revenons en à celui pour lequel je suis LE PLAN CUL, excuse qui a terrassé son patron au point qu'il a accepté de faire la réunion le lendemain matin !

Donc, le virus toujours au top de la technologie made in "heureusement que ma tête est attachée sinon je passerai mon temps à la chercher", s'aperçoit mais un peu tard qu'il a oublié son portable à la maison.

Par chance on a réussi à se retrouver ! Ouf ! Pour le coup j'aurais pu avoir un vrai plan foireux !

Avant toute chose il faut boire un petit apéro, vu que pour retourner en enfance, il va falloir attendre 22h00 !

Bon, moi, comme d'habitude, en garçon bien élevé que je suis, je compulse la carte et je me prend un petit cocktail.

Lui, chieur un peu difficile, se fait confectionner une mixture spéciale pas sur la carte.

Et nous voilà partit en blablatages divers et variés.

Je lui raconte ma vie, un peu, il me raconte la sienne beaucoup (à par ça c'est un timide!) mais j'adore parce qu'il a une voix exceptionnelle et que plus il me raconte sa vie, plus je me rends compte qu'en fait, y'a plus space que moi.
Nan, c'est vrai, il a vécu des trucs que même dans mes délires les plus fous, je n'aurais même pas pu imaginer et pourtant vous savez que j'ai l'imagination fertile.

Bon, je vous préviens, il ne peut pas s'en empêcher, c'est un charmeur !

Et en plus, il est d'une compagnie agréable !

Serait- une pointe de jalousie que l'on voit sortir là ! Hein, Monsieur du Virus ?

Heu ! Nan ! nan ! Hum ! Hum !
(Putain je suis mal barré si on drague le même mec !)

Bref, une fois de plus, ce dépotoir, m'aura permis de faire une belle rencontre.

D'ailleurs au prochain meeting des bloggueurs réunis, il viendra !

Voilà, c'est pas tout, mais vu l'heure, va falloir que j'aille me coucher.

Hein ?

Comment ça ?

Mais si, je vous l'ai dit, relisez donc !

Ah ! mais vous êtes sûr ?

Attendez je relis mon post.

Ah ! Oui ! C'est vrai !

Vous voyez quand je vous dis que si ma tête n'était pas accrochée ...

Bref, il est tard, donc je m'en vais me coucher !

Quoi encore ?

Oups ! J'ai encore oublié !

Allez, je vous le dis que j'ai passé une superbe soirée avec Stephan.

Merci monsieur du carnet à spirale et à très vite pour un autre moment d'exception.